h1

Grands noms 9

30 août 2009

Tout le monde connait la Méthode Arban, mais qui connait la vie de cet homme ? Et bien voila qui permet d’en savoir plus…

Jean-Baptiste Arban a été probablement le cornettiste français le plus brillant de son temps. Très jeune, il s’engage comme musicien dans la marine. C’est ainsi qu’il participe en 1840 au voyage de la goélette « Belle Poule » qui va à Sainte-Hélène chercher les cendres de Napoléon. En 1841, il entre au conservatoire national supérieur de musique de Paris où il étudie la trompette (naturelle) avec François Georges Auguste Dauverné et obtient en 1845 un premier prix. Après être sorti du conservatoire, Arban passe au cornet (inventé en 1831) et reprend du service dans la marine jusqu’en 1852. C’est pendant ces années qu’il met au point sa technique de jeu (en particulier le coup de langue), arrivant à un niveau de virtuosité qui stupéfie les dirigeants du conservatoire lors de l’exécution en 1848 d’une pièce pour flûte de Theobald Boehm. De 1852 à 1857, il fait partie de plusieurs orchestres de salon et est même invité à diriger l’orchestre de l’opéra de Paris. En 1857, il est nommé professeur de saxhorn à l’École Militaire, et publie sa Grande Méthode complète pour cornet à pistons et saxhorn en 1864, dans laquelle figurent, entre autres études de virtuosité, les célèbres « Variations sur le Carnaval de Venise ». Le 23 janvier 1869, il peut enfin inaugurer une classe de cornet au conservatoire de Paris, après une tentative infructueuse sept ans plus tôt.

En 1874, il démissionne du conservatoire pour diriger des concerts à Saint-Pétersbourg à la demande du Tsar Alexandre II, où il remporte un grand succès. Il reprend son poste au conservatoire de Paris en 1880, et innove en recommandant l’usage d’une embouchure moins profonde que celle, traditionnelle, dérivée de l’embouchure de cor d’harmonie.

Les contributions de Jean Baptiste Arban à l’enseignement et à la technique de jeu du cornet sont bien connues, mais on connaît moins sa contribution à la conception et à la fabrication de l’instrument. En 1846, il travaille pour Adolphe Sax, qu’il conseille sur la production de ses saxhorns, et teste le « cornet compensateur » d’Adolphe Sax en 1848. Alors professeur de cornet au conservatoire de Paris, Arban développe en 1880 un nouveau modèle de cornet et le fait breveter en 1883 comme « cornet Arban ». Un an après, il renonce à ses droits sur le brevet et Antoine Courtois construit le « cornet Arban » ainsi qu’une embouchure « Arban-Courtois ». En 1886, Arban essaie d’imposer le « cornet Arban » au conservatoire, mais sa demande est rejetée.

Entre 1883 et 1888, Arban expérimente des améliorations à la construction du cornet, et après 1885, collabore avec Bouvet, ingénieur concepteur d’instruments. Ils font breveter un « cornet Arban-Bouvet » en 1885 et l’instrument est fabriqué par Millereau, qui fabrique des cuivres de 1861 jusqu’au rachat de sa fabrique par Henri Selmer en 1931, tandis que François Sudre construit en 1884 à Marseille un cornet à compensation dit « Arban compensateur ».

Arban meurt à Paris en avril 1889.

(extrait du site Tout sur la trompette par son auteur)
Extrait de Wikipedia

En voici deux interprétations du Carnaval de Venise, la première, par le maître français de la trompette, Maurice André

La seconde par un autre grand trompettiste: Wynton Marsalis



Publicités

One comment

  1. […] cette extrait Jean-Baptiste Arban n’aborde pas le double et le triple détaché (il le fait plus loin dans sa […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :