Posts Tagged ‘Réparation’

h1

Réparation #2

8 juin 2010

Il y a quelques jours j’ai posté un article sur le révision des instruments ou j’évoquai une méthode pour redresser sois-même les bosses sur nos précieux engins. Le pavillon de mon tuba ayant fait une mauvaise rencontre, j’ai voulu testé cette méthode. Sur le principe c’est assez simple: il faut une boule et un aimant très puissant; on met la boule dans le tuyau et avec l’aimant on lui fait faire des aller et retour sur la bosse, la force de l’aimant collant la boule contre le cuivre, il reprend sa place petit à petit. La taille de la boule va varier en fonction de la taille du tuyau à réparer,  plus le tube est gros plus la boule est grosse.  Évidement il faut protéger l’instrument pour éviter les rayures.

Avant d’aller plus loin voici l’état du pavillon avant toute intervention:

Il était cabossé de tout les cotés (si on peut dire!). Après m’être procuré un aimant et une boule … de pétanque j’ai protégé le pavillon en l’ entourant avec du film transparent (le même dont on se sert pour la cuisine), et j’ai placé l’aimant dans un gant de toilette. C’est avec patience et douceur que j’ai commencé à redresser les coups, en faisant des petits gestes rapides comme on me l’a conseillé. Petit à petit le pavillon à repris ses formes et les coups les plus marqués ont disparus. Seulement malgré toute mes précautions et ma patience,  le résultat n’était pas à la hauteur de mes attentes et, mauvaise surprise, mon pavillon étant très fin, la boule avait laissé des traces sur celui-ci. J’ai eu beau passer et repasser à chaque fois de la boule touchait l’aimant, ou que je dépassais les parties abimées, je faisais pire que mieux.

Je vous laisse juger:

Évidement je pouvais pas laisser mon tuba dans cet état, mais n’ayant pas de solution j’ai lancé un appel à l’aide sur le Forum des Gros Cuivres,  ou Krichon (pour ceux qui ne connaisse pas le forum, c’est un habitué plein de ressources) m’a conseillé une autre méthode. Celle ci consiste à redressé le pavillon avec une baguette de batterie (pour les parties les plus accessibles) et avec un manche à balai (pour la partie basse du pavillon).

Voici les photo qu’il à posté sur le forum:

Cette méthode est assez simple, il suffit de faire passer la baguette sur les coups, en appuyant assez fort. C’est un peu long et physique mais le résultat en vaut la peine.

Résultat mon pavillon a retrouvé sa forme, mais il reste des traces de « pliures » sur le cuivre. Cependant mon instrument n’étant plus vernis je pense que je pourrais réussir à les faire partir.

De mon point de vue je pense que je peux améliorer le résultat en repassant sur les quelques bosse apparentes.

C’est vraiment un méthode que je conseille, avec un seul bémol la manip laisse quand même des trace sur le vernis, mais bon pour un tuba de 15 ans ça le fait!! D’ailleurs j’en suis tellement content que je vais l’utiliser pour retaper mon petit euphonium acheté d’ocaz’. Mais là j’ai du boulot en plus du pavillon, il faut le nettoyer complètement (intérieur et extérieur), changer les ressorts des pistons, graisser, huiler…  (si j’arrive à mes fins je vous montrerais le résultat).

Allez, un dernière photo pour la route, et je repars souffler dans mon biniou!

Publicités
h1

Réparations

4 juin 2010

« Que ce passe-t-il pendant la révision de mon instrument? » Qui ne s’est jamais posé cette question ? Moi le premier, lorsque j’ai déposé mon tuba malgré les explications du luthier, j’aurais aimé en savoir plus, notamment comment débosseler le pavillon.  Alors voila j’ai compilé plusieurs vidéo qui montre comment son réviser les instruments de musiques:

Voici le démontage et le nettoyage complet d’une trompette, pour le tuba la méthode est la même, mais en plus long (sauf bien sur si c’est un tuba à palettes):

Voici une vidéo qui donne un aperçu de la révision d’un euphonium

Dans cette vidéo on voit comment est retiré le vernis d’une trompette, mais malheureusement pas comment est revernis l’instrument:

Les vidéo suivantes montrent le débosselage d’un pavillon puis du corps d’un euphonium (avec un système d’aimants):

D’ailleurs si se système vous intéresse vous le trouverez ici ou (sur ce catalogue en PDF vous trouverez tout le matériel pour entretenir et réparer les instruments de musique).

Reste à savoir si vous être bricoleur et si vous oserez vous lancer! Et pour les plus bricoleur vous trouverez une autre solution ici. Méthode qui viendrait apparemment de Marseille 😉

h1

Huile de coude, ou comment faire briller son instrument

9 décembre 2009

Un peu d’autosatisfaction ne fait de mal à personne !! Voici donc un post pour dire que j’ai bien travaillé !! En effet quand j’ai acheté mon tuba, celui-ci était tout terne et avait besoin d’une petite révision (rien de grave juste les palettes qui faisaient du bruit). Je suis donc allé chez Woodbrass pour son contrôle technique. J’ai été accueillit chaleureusement par la luthiere qui s’occupe des cuivres. En plus de l’accueil, le travail a été bien fait et dans un temps très court:  4 jours pour  démonter les coulisses et les palettes, nettoyer tout le tuba, tout remettre en place, graisser, huiler, régler … et bien chapeau et petit plus la luthière ne voulait pas me rendre mon instrument sous prétexte  les palettes faisaient encore un peu de bruit, et elle est allé jusqu’à coller des petits bout de liège sur les buttées pour que le mécanisme soit silencieux !

Vous me direz que c’est bien beau toutes ces éloges mais ou est le rapport avec ma satisfaction personnelle ? Et bien pour récupérer mon instrument plus vite, j’ai demander à ce qu’il ne s’occupe pas de la partie « extérieure » prétextant que je trouvais pour que mon instrument était très bien avec sa patine.  Ce week-end j’ai donc décidé de le faire briller de milles feux pour les fêtes de fin d’année. J’ai donc investit dans deux chiffons (dont un doux), un bidon de miror pour cuivre, et dans de l’huile de coude. Le travail a été long : deux fois 4 heures pour tout nettoyer en profondeur, mais le résultat est là ! La méthode est simple: on applique le produit avec un chiffon propre, on frotte sur les taches, puis avec le chiffon doux on fait biller, c’est enfantin !!

Avec de la patience, voici ce que j’ai obtenu (je vous laisse comparer l’avant et l’aprés):

Pour ceux qui seraient septique, il faut savoir que le miror (ou autre produit du même type) n’abime en rien l’instrument, il est en cuivre tout comme les bonnes veilles casseroles qu’on utilise en déco. Et de toute façon les luthiers utilisent ce genre de produits, alors pourquoi payer alors qu’on peut le faire sois même 😉